L’été en mobilités douces

 

 

Pour un centre-ville plus piétonnier ?

 

 

Sur la plateforme internet jeparticipe.millau.fr jusqu’au 31 août

ou en déposant votre commentaire dans les urnes présentes :

 

 

 

Un collectif de citoyens, incluant des commerçants, va observer l’expérimentation.

Ce collectif sera désigné par tirage au sort après acceptation de leur part.
Tous les habitants peuvent formuler leurs remarques et leurs suggestions sur la plateforme jeparticipe.millau.fr.

Des micro-trottoirs, sondages de rue, sont également réalisés auprès des passants.

A partir de ces éléments, il sera procédé à un retour d’expériences en octobre. Le collectif citoyen travaillera alors plus spécialement sur les thématiques du plan de circulation, du stationnement, des mobilités douces. Pour co-construire et repenser ensemble les mobilités à Millau.

 

 

 

 

Piétonnisation, un centre-ville apaisé

 

 

Dédier plus d’espace aux piétons en réduisant l’emprise de la voiture, c’est donner un nouveau visage au cœur de ville de Millau : plus paisible, plus sécurisé et plus attractif.

 

Piétonnisation : comment ça… marche ?

 

  La place de la Capelle est intégralement piétonnisée. Deux bornes escamotables sécurisent la voie. Les véhicules venant de l’avenue Gambetta peuvent accéder au centre-ville par la rue de la Fraternité. Ceux venant du boulevard de la Capelle doivent obligatoirement emprunter le boulevard de Bonald dès lors qu’ils ont laissé la rue du Rajol sur leur droite.

Rappelons que le boulevard de Bonald, entre la Capelle et le boulevard Sadi-Carnot, est en permanence une section à 20km/h où les piétons ont la priorité (comme sur la place des Halles).

 


Sur le boulevard de Bonald, le stationnement n’est pas autorisé. Toute la largeur des trottoirs est dédiée aux piétons et aux terrasses des cafés.

 

 

  La place Foch, pour la première fois, est intégralement piétonnisée. Il en va de même rue Clausel-de-Coussergues, où le stationnement, comme pour le boulevard de Bonald, n’est pas autorisé. Les véhicules peuvent prendre la rue Pasteur à contresens pour rejoindre la place Claude-Peyrot et la rue Saint-Antoine pour bifurquer rue Guilhem-Estève. La rue des Jacobins est piétonnisée entre la rue Droite et la rue Guilhem-Estève.

 


Outre les bornes escamotables place de la Capelle, le périmètre piétonnisé est signalé par des barrières télescopiques et par des panneaux de toile microperforée fixés sur des blocs de béton.

 

 


Les livraisons restent autorisées aux jours et horaires en vigueur : de 6h à 10h sauf les mercredi, vendredi et dimanche.

 

 

Millau à pied

Cette nouvelle signalétique piétonne oriente les habitants et les visiteurs vers les édifices patrimoniaux et les équipements millavois.

Plus encore, elle valorise la proximité de la plupart d’entre eux, en renseignant les piétons sur le temps moyen de parcours.

 

 

 

 

 

 

Testez la trottinette électrique !

 

 

Ludique, facile d’utilisation, peu encombrante, écologique : la trottinette électrique est le mode de déplacement en vogue.

La Ville vous propose de tester cet engin de glisse urbaine du 10 juillet au 10 octobre.

 

Pourquoi les utiliser ?

L’opportunité de se familiariser avec un moyen de locomotion original, empreint d’un irrésistible parfum d’enfance !

  La trottinette électrique en libre service est une solution alternative à la voiture individuelle.

  Elle contribue à la réduction du trafic automobile en milieu urbain.

Installée par exemple près des campings, elle peut permettre de désengorger le giratoire de Cureplat au cours de la saison estivale, en offrant aux vacanciers une solution attrayante pour arpenter la ville.

 

Où les trouver ?

Au total, les trottinettes sont réparties sur 70 points GPS, de Naulas à la Graufesenque, de Cartayre à Creissels.

Elles sont également déployées sur l’aire urbaine Millau-Creissels et disponibles en libre service tout au long de cette période d’essai.

 

 

Téléchargez la liste des points de stationnement des trottinettes.

La période-test des trottinettes électriques dure trois mois : c’est le moment ou jamais d’essayer !

Téléchargez l’application Bird et suivez les instructions.

 

 

Le mode d’emploi

L’expérimentation est menée avec la société Bird.

• Pour accéder à une trottinette électrique en libre-service, téléchargez d’abord l’application Bird, créez votre compte personnel et ajoutez un moyen de paiement.
• Sur la carte de l’application, localisez le point de retrait le plus proche.
• Scannez le QR code ou entrez le code inscrit sur le guidon de la trottinette.
• Montez sur la trottinette, lancez le mouvement, accélérez en appuyant du pouce sur le bouton d’accélérateur.
• A la fin du trajet, stationnez le véhicule sur l’un des emplacements GPS indiqués par l’application.

Les trottinettes électriques sont bridées à 25km/h, vitesse maximale autorisée. Lorsque vous entrez dans une zone à vitesse réduite, le système de géolocalisation le détecte et votre trottinette ralentit alors de façon automatique. En zone non autorisée, la trottinette ralentit puis s’arrête.

Sur l’application Bird, vous pouvez visualiser l’emplacement des lieux où garer votre trottinette électrique.

Attention : en cas de stationnement sauvage, le décompte du temps d’utilisation continue.

 

Les tarifs

• 1 euro le déblocage de la trottinette puis 25 centimes la minute
• forfait journée de trajets illimités de 30 minutes : 11,99€

 

Les règles de bonne conduite

• En trottinette électrique, vous pouvez circuler sur les pistes cyclables dès lors qu’elles existent. En l’absence de pistes cyclables, vous pouvez emprunter les chaussées dont la limitation de vitesse est de 50km/h.

Vous pouvez accéder aux aires piétonnes à condition de ne pas y dépasser 6km/h et de ne pas gêner les piétons. Vous n’êtes pas autorisé à emprunter les trottoirs.

• Vous devez naturellement respecter le code de la route.
• Il est interdit de transporter un passager.
Un équipement obligatoire : le gilet haute visibilité pour une circulation de nuit.

En agglomération, le port du casque est fortement recommandé, tout comme les gants, les protège-poignets, genouillères et autres équipements de sécurité.

 

 

Une 3e expérimentation à suivre

 

Transports scolaires gratuits… et plus encore !

 

A la rentrée de septembre, les transports scolaires seront gratuits.

Plus encore : pour les écoliers, collégiens et lycéens, le ticket de bus urbain Mio sera lui aussi gratuit, moyennant un abonnement annuel de 5€.

Plus d’informations dans MGC, le magazine de la Communauté de communes Millau Grands Causses de juillet 2021 !

 

 

Une nouvelle signalisation

 

Un nouveau panneau fait son apparition à Millau : le « tournez à droite au feu rouge »

 

Il autorise les cyclistes à franchir un feu rouge sans marquer l’arrêt, sous réserve de céder la priorité aux autres usagers, dont les piétons. Il fluidifie la circulation en évitant que les véhicules motorisés et les vélos redémarrent de manière simultanée. Cette nouvelle signalisation est mise en place aux trois carrefours avec feux tricolores de l’avenue de la République et de l’avenue Charles-de-Gaulle.

 

 

3e voiture en autopartage

 

La mairie de Millau met à disposition des usagers, en autopartage,

une voiture électrique stationnée aux ateliers municipaux.

 

Il s’agit de la troisième voiture en autopartage sur la ville après celles du Parc naturel régional des Grands Causses (garée face au 71 boulevard de l’Ayrolle) et de l’entreprise Sévigné travaux publics (stationnée rue de la Condamine).

L’autopartage est une alternative à l’utilisation de la voiture individuelle.

Il permet de louer un véhicule électrique ou hybride, 24h/24, pour un montant calculé en fonction de la durée de réservation et de la distance parcourue.

Pour toute précision et inscription en ligne : occitanie.citiz.coop

 

Pour toute problématique,
n’hésitez pas à contacter le 05 65 59 50 00.